Son développement

Pour qu’il y ait inflammation et combustion, trois facteurs doivent être réunis :

  • Présence d’un combustible (n’importe quel matériau pouvant brûler) ;
  • Présence d’une source externe de chaleur (flamme ou étincelle) ;
  • Présence d’oxygène pour alimenter le feu.

Un feu peut prendre différentes formes selon les caractéristiques de la végétation et les conditions climatiques dans lesquelles il se développe.

  • Les feux de sol. Ils brûlent la matière organique contenue dans la litière, l’humus ou les tourbières. Alimentés par incandescence avec combustion, ces feux ont une faible vitesse de propagation.
  • Les feux de surface. Ils consument les strates basses de la végétation et se propagent en général par rayonnement ou convection. Ils affectent la garrigue ou les landes.
  • Les feux de cimes. Ils atteignent la partie supérieure des arbres (ligneux hauts) et forment une couronne de feu qui libère en général de grandes quantités d’énergie. Leur vitesse de propagation est très élevée et ils sont particulièrement intenses et difficiles à contrôler lorsque le vent est fort et le combustible sec.
  • Quelques précautions à prendre au quotidien :
    • Entretenez les chemins d’accès pour permettre la circulation des véhicules de pompiers (en suivant les indications affichées par la préfecture).
    • Respectez les obligations légales en matière de débroussaillement autour de votre maison (définies par arrêté préfectoral), espacez et élaguez les arbres, maintenez les feuillages à plus de 3 mètres de l’habitation, ratissez les aiguilles, nettoyez les gouttières, évitez de planter les espèces très inflammables (comme le cyprès).